Collector : Polyphonic Size et Strangled Magazines

Vous avez certainement entendu parler des « Strangled » magazines.  Strangled est ce qu’on appelle un magazine de fan, un fanzine, dédié aux Stranglers. D’abord en version anglaise, animé par des Britanniques,  il a connu des versions « étrangères ». Attention, des versions originales et pas de simples traductions. Il existait deux versions belges, dont la seconde était animée par Roger-Marc (Polyphonic Size). Voici deux liens concernant les versions en anglais : http://www.strangled.co.uk/Magazines.htm  avec l’intégrale du volume 1 (  9 numéros), téléchargeable en pdf). http://www.xulucomics.com/strangled.html  (qui recense tous les Strangled anglais – en décrivant leur table des matières- et les « Strangled étrangers », dont les deux versions belges, dans les termes suivants :

Strangled V1 # 1 – 5   V2 # 1 – 2 (by Roger-Marc Vandevoorde) (1979 – 1981) Belgium (in french), unauthorized enthuzine by Roget-Marc vande Voorde) (issue numbers and contents unknown)

[J’ai laissé la faute de frappe « Roget »- cool, ça fait Wodjette.  Quant à (issue numbers and contents unknown), rassurez-vous, je vous dis tout].

*

Comme évoqué plus haut, Il existe donc deux volumes (V1 ET V2) de « Strangled » belges.

Le premier volume ( 5 numéros) était animé par Chris Acher et le second (2 numéros) par Roger-Marc.

J’ai dans mes archives les versions belges ( V1# 5  et  V2 # 1 et 2), ainsi que le V2 #10 anglais ( ça va, on s’y retrouve ?). On va commencer, en suivant l’ordre chronologique, par le « Strangled » belge V1# 5 de mai 1980.

*

 Le fanzine coûtait  25fb/4ff ( environ  0,65€) et ce numéro proposait, bien entendu, divers articles sur les Stranglers, mais se penchait également sur d’autres groupes, dont Polyphonic Size ( une page et demie) avec une petite bio du groupe et surtout, un compte rendu, rédigé par Roger-Marc, de l’enregistrement du premier 45 tours à Londres avec JJ Burnel. 

 *

  STRANGLED-1980-05-COVER

Couverture du  Strangled n° 5 – Mai 1980 (Belgique)

*

Pour un confort de lecture, je vous propose un scan de chaque article consacré à Polyphonic Size (ainsi vous avez une idée de l’original) et ensuite, une transcription « au propre » .(Ça ne m’excite pas de jouer au dactylo, mais faut savoir donner de sa personne).

Strangled Magazine mai 1980

 La demi page consacrée à la bio de Polyphonic Size suivie de sa transcription.

*

« Roger-Marc Vande Voorde n’a que 20 ans mais il a derrière lui 7 ans! de musique au sein de groupes divers. Guitariste / chanteur / compositeur, il a fait successivement partie de BERK (à 13 ans!), MELODY (en 76, interprétant aussi bien les Stones que Patti Smith ou les Ramones), KOLOSSAL, REYNOLDS, MAGNETIX, etc… qui nous sont inconnus sans doute parce que, bien qu’originaire de Charleroi, Roger-Marc vivait en Allemagne.

De retour en Belgique, en 78, il s’empressera de former un nouveau groupe inspiré du Clash et des Buzzcocks, THE COOKIES avec Johan Van Mullen à la batterie et Michel Verbeek à la basse. Ils donneront trois concerts dont un lors d’un festival Rock Against Racism, avant de se séparer en mars 1979, apparemment à cours d’inspiration.

POLYPHONIC SIZE s’annonçait; en effet, tout en poursuivant des études de psychologie, Roger-Marc avait créé le mouvement OBLIK, un genre de musique bizarre, répétitive et très violente. Il s’était également pris de passion pour le « Autobahn » de Kraftwerk qui lui avait révélé l’étendue des possibilités des synthés et incité à composer dans cette veine.

Aussi, quand deux de ses amis forment SANDWICH RECORDS en septembre, ils lui proposent d’enregistrer pour le compte de leur nouveau label.

La suite est simple : depuis janvier dernier, deux EP de POLYPHONIC SIZE sont sortis avec Roger-Marc assurant seul les synthétiseurs, séquenceurs, la boîte à rythmes et le chant. Son troisième disque est prêt et devrait sortir en juin. Il a été produit par JJ.

Il manque sans doute à P.S. de se produire sur scène, un projet de tournée Sandwich Records ( avec THE SWEETIES et PSEUDOCODE qui ont été signés entre-temps) est à l’étude pour septembre et J.J. est favorable au fait de se produire en public avec P.S. mais on n’en est pas encore là et Roger-Marc semble d’ailleurs parfaitement conscient des possibilités encore limitées de la musique répétitive / rythmique du point de vue du marché actuel, même si les jeux de mots de ses textes (les prochains tritent de Nagasaki) valent le détour. »

*

Pour rappel, voici les deux pochettes des Extended Play (EP) du groupe.

ALGORHYTHMIC EP

Saison Space Rejection Mode Plage Privée
7″ Sandwich Records 251079 Dec. 79, Belgique.
Produit par Polyphonic Size

*

PRAGMATIC SONGS

Logique Polygonale Ommatidia Party Travelling Things
7″ Sandwich Records 002 Fev. 80, Belgique.
Produit par Polyphonic Size

*

Passons maintenant au plat de résistance : le compte rendu de l’enregistrement du premier 45 tours sous la forme d’un journal de bord.

*

Strangled Magazine mai 1980

Le compte rendu par Roger-Marc, et ci-dessous, sa transcription.

*

POLYPHONIC SIZE. Groupe électronique belge. Deux extended play : « Algorhytmic E.P. » et « Pragmatic Songs ».
Leur prochain album sera produit par Jean-Jacques Burnel. JEAN-JACQUES BURNEL ?????

chronologie d’une production    BXL

Jeudi 24 avril 1980. 22heures. Bayswater. Londres .
C’est dans un petit restaurant grec que je retrouve Jean-Jacques.
Je suis très content de le revoir et, soudain, le fim des évènements qui m’ont amené derrière cette table de restaurant me repasse dans la tête : London Lady, Rattus 1977, leur concert à Bruxelles juin 1978, ma première rencontre avec JJ à Cologne le même mois, leur concert à Battersea Park septembre 1978, Paris octobre 78, puis une correspondance de plus d’un an, les retrouvailles à Bruxelles novembre 79, l’envoi de mon premier EP, sa réponse positive, d’innombrables coups de téléphone, puis enfin Londres, son hôtel le matin, leur concert au Rainbow le soir, backstage très tard la nuit et maintenant ce restaurant grec. Sunie l’accompagne.
Martine et Michel, – « le Grand patron » de Sandwich Records – m’accompagnent.
JJ me reconfirme le lmatériel disponible et nous fixons l’heure du départ, il nous apprend que Hugh sort de prison le lendemain matin, nous parlons ensuite longuement de politique, de la naissance de l’Europe, de ses positions face à l’Afghanistan et aux Jeux Olympiques et enfin de Jacques Brel. Il est tard. JJ nous reconduit alors chez Nicky Tesco ( chanteur des Members) où nous logeons, puis rentre courageusement chez lui.

 

Vendredi 25 avril. 12 heures. Londres.
Hugh est libre à ce moment de la journée.
Chiswick, JJ passe nous prendre. Après d’interminables bouchons dans les rues de Londres, nous arrivons au Black and White Management où nous empruntons quelques synthés de Dave, une basse, un vocoder et d’autres petits ustensiles électroniques hautement sophistiqués. Nous descendons alors vers la côte, à Battle pour être précis, près de Hastings. Nous y arrivons vers 16 heures et l’enregistrement commence de suite. Il se finira très tard dans la nuit …

 

Samedi 26 avril. 14 heures. Battle. Studio.
L’enregistrement reprend. JJ aime beaucoup les morceaux enregistrés et a l’air content du travail accompli.
19h30. La mise en boîte est terminée. Nous réembarquons le matériel et nous revoilà partis pour Londres. JJ nous propose d’aller passer le week-end chez lui. Nous acceptons volontiers. Chez lui, c’est à 1h30 de route de Londres, une villa perdue dans les campagnes de Cambridge. Nous y arrivons vers minuit. Tracy nous y accueille chaleureusement. Nous sommes très content de la revoir. JJ nous fait écouter quelques enregistrements des Stranglers réalisés juste avant l’emprisonnement de Hugh, nous montre des vidéos des Stranglers ainsi qu’une longue émission sur les prédictions de Nostradamus. Terrifiant…

 

Dimanche 27 avril.
Repos le plus complet.
15h. Martine est tout heureuse d’accompagner JJ en Triumph.
20h. JJ nous conduit à la gare et nous voici à nouveau en route vers Londres.

 

Lundi 28 avril. Londres.

 

Mardi 29 avril. 15Heures. Berry Street. Studio. Londres.
Nous allons mixer deux morceaux pour le prochain 45T de Polyphonic Size, puisque nous sommes là pour ça. JJ est très décontracté et nous travaillons assez vite. IL est content du résultat.
19h. Nous retournons au Black and White Management où JJ a encore à faire.
20 h. Nous nous quittons. JJ a été content de travailler avec moi, me dit-il. Nous nous promettons de ne pas rompre le contact. Je lui enverrai l’album des Schtroumpfs Noirs.
Roger-Marc Vande Voorde
128 avenue Emile De Beco
1050 Bruxelles
polyphonic size
*

 Affiche annonçant la sortie du disque.

*

Nagasaki Mon Amour Hiroshima 1945

7″ Sandwich Records 22580 Sept. 80, Belgique.

Produit par JJ Burnel

*

Voici ce qu’en disait Roger-Marc, quelque trente ans plus tard, dans une interview que vous avez déjà pu lire sur le site du groupe :               http://polyphonicsize.free.fr/pages/interviewrm1.html NAGASAKI MON AMOUR / HIROSHIMA 1945

Doro : Tu rencontres donc JJ Burnel dans un concert à Bruxelles.  Roger-Marc : à Cologne, en 1978.

D : déjà ? RM : ouais, je me rappelle, c’était la veille de passer le baccalauréat. Je me suis dit, c’est pas vrai ! Allez, on va voir les Stranglers, on s’en fout. J’avais un pote qui connaissait la salle. Il me dit, si tu veux les voir, les backstage c’est par là-bas… On a commencé à gueuler : « Jean-Jaaaacques on vient spécialement de France blablabla… » Tu parles, on venait de notre internat à 10 km de là ! (rires). Alors JJ nous a fait entrer… Faut dire qu’on était avec 5 filles, ça a dû faciliter les choses ! Ça a été le premier contact. Et un an plus tard, quand j’avais les bandes de Algo EP, je lui ai envoyées. Il avait fait Euroman Cometh avec les boîtes à rythmes et tout ça, et c’était vraiment un album de référence pour moi. 

D : et il vous a proposé de produire le prochain 45t, Nagasaki. RM : oui.

D : mais financièrement ca s’est passé comment ? RM : oh c’était pas facile. Michel Lambot a dû emprunter aux banques, taper dans la caisse de son magasin (Casablanca Moon)… En plus quand on est allés enregistrer, JJ a dit « no business man ». Et Michel a dit « quoi quoi quoi, qu’est-ce que c’est que cette histoire, c’est moi qui paye et je peux même pas venir ? » Alors il est venu quand même et ca s’est tres bien passé.

D : j’ai montré la pochette à un copain japonais, en lui demandant ce que ça voulait dire, et il m’a répondu : rien du tout, c’est des idéogrammes qui n’existent pas » RM : je sais, c’est moi qui les ai faits (rires).

*

A suivre… d.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s